A propos des auteurs


Des parents de feuilles aux enfants de papier !

On dit de moi bien des choses que je suis une zèbre par exemple ! Pas l’animal à rayures que vous imaginez, bien que cela ne m’aurait pas gênée mais une adulte dont les capacités intellectuelles précoces n’ont pas été détectées à l’enfance, ni à l’adolescence. S’en sont suivies des expériences toujours plus nombreuses… Ma curiosité – toujours au beau fixe aujourd’hui – m’entraînant dans des sphères diverses et variées. Je m’intéressais à tout. Le lundi, je voulais être chimiste. Le mardi architecte. Le mercredi professeur de littérature. Le jeudi vétérinaire. Le vendredi exobiologiste. Le samedi romancière. Le dimanche journaliste… ou avocate. Finalement après des études de lettres, de cinéma et une formation adéquate, je suis devenue journaliste. Quand on est curieuse de tout, c’est le plus beau des métiers !

Dans les faits, les livres ont été mes seuls véritables parents…
Non désirée, amputée d’un père avant même ma naissance, mal aimée par une mère élevée à la Dass, je ne pouvais pas attendre grand-chose d’un échange familial. J’ai assez vite compris combien lecture et écriture seraient éducatives et salvatrices pour moi. Je me suis construite toute seule… ou plutôt entourée de mes parents de feuilles. J’ai lu. Lu encore. Lu toujours. Lu des milliers de livres. Tels des parents, des cousins, des frères, ils m’ont élevée, éduquée, instruite, fait grandir. Grâce à eux, je dirige une agence littéraire pour m’adonner à ma passion des mots, écrire et faire écrire.

Les mots pour les maux pour les émotions…
Petit à petit, j’ai eu l’idée, l’envie, le besoin de créer une méthode d’approche des souffrances physiques et psychologiques et d’un moyen de s’en libérer par une thérapie narrative. Je lui ai donné un nom facile à comprendre : LittéroThérapie. Pour « inventer » la LittéroThérapie, fonder la méthode et valider mes recherches sur le pouvoir conscient et inconscient des mots, je me suis appuyée sur la lecture de mes milliers de livres et atteindre les fameuses 10.000 heures de pratique qui valident les savoirs.

Un ou deux petits détails…
Au fil de mes pérégrinations, j’ai travaillé pour de grands Groupes et pour de toutes petites sociétés. Je suis devenue journaliste et éditrice. J’ai écrit des films. Simultanément, j’ai orienté de plus en plus ma vie personnelle sur la sauvegarde des autres : les animaux, les plantes, la planète… et bien sûr de celles et ceux qui souffrent, tant leur nombre est croissant.

En savoir plus sur mon travail d’écriture : www.agence-litteraire.judith.lossmann.com ou www.litterotherapie.fr ou www.judith-lossman.com – Me contacter : judith.lossmann@orange.fr

 Je ne pouvais pas être qu’un témoin. Je ne pouvais pas être qu’une victime. Je suis un impacté !

Au-dessus de moi, il y a une force toujours présente. Cette absence présence, (mon père ?) est une énergie que je possède en moi qui m’amplifie. Une énergie qui me donne des capacités et des forces capables de m’opposer à tout le négatif rencontré dans ma vie. Cette énergie me permet de ne pas me laisser abattre. Je peux être impacté mais pas abattu !
Naturellement, je prends les épreuves de la vie avec un certain recul et parfois même avec humour. Ces épreuves m’ont communiqué une résistance plus imperméable que la moyenne aux événements graves. Sans flagornerie aucune, je pense être, parfois, doté d’un petit truc en plus.
Les attentats du 13 Novembre 2015 ne m’ont pas flingué ma vie, ils l’ont réorientée…
Sans les attentats, sans doute serais-je resté un fonctionnaire hospitalier jusqu’à la retraite. Le barbarisme de certains en a décidé autrement. Il m’a fallu du temps avant qu’un nouveau destin se dessine pour moi. Je pensais raconter le vécu des attentats et j’ai pris conscience du besoin de partager cette expérience et le retour de cette expérience, dont je ne soupçonnais l’ampleur, afin d’en faire un message à diffuser au plus grand nombre, aux pouvoirs publics.
Non, je ne pouvais pas être seulement un témoin malheureux !
A mon sens injustement reconnu, dans un premier temps, comme témoin malheureux des attentats, j’ai dit, j’ai raconté, j’ai analysé, j’ai compris… hier, j’étais un témoin.

Aujourd’hui et demain !
Je suis devenu un témoin expert attentat et je souhaite partager mon expérience et mes savoirs de préventeur pour changer les choses. Je sais où je veux aller et qui je veux être.

Vous souhaitez rejoindre l’Initiative Citoyenne En Cas d’Urgence ? Contactez-moi
Sur Instagram : @jlwprevention